Télévision ?

Comment peut-on faire sans, me demande-t-on encore parfois ? Ce à quoi je réponds, comment pouvez-vous faire avec ? Comment trouvez- vous le temps de la regarder, avec toutes ces choses passionnantes qu'il y a à accomplir chaque jour ?  Comment supportez-vous le vide anesthésiant et l'ennui qui suinte de la plupart des émissions ?
Ce à quoi on me répond : oui, mais il y a les reportages, les émissions culturelles, les informations. Ahh, oui.

En ce qui me concerne, je trouve que tout dans la télévision est dangereux.

D'une part, elle véhicule une image complètement fausse de la vie en nous donnant l'illusion d'un espèce de monde brillant et facile... d'un côté... opposé par ailleurs à un monde où la peur est reine.   Elle participe à la société de consommation en nous faisant miroiter des produits merveilleux qui rendront notre vie tellement plus facile une fois que nous les auront acquis... Elle prétend que le bonheur s'achète et qu'à défaut, il peut s'acquérir par le pouvoir, la condition sociale... et nous fait croire que toutes les solutions à nos problèmes pourront se résoudre par l'argent et l'achat de l'objet approprié.

D'autre part elle vise à décérébrer les individus en leur permettant de mettre leur cerveau de côté le temps qu'ils ouvrent la bouche et gobent ce qu'on leur sert sur un plateau appétissant. Les informations n'ont plus d'information que le nom. Le temps réservé à « l'information » lors d'un journal télévisé se réduit un peu plus chaque année. Alors qu'il y a un certain nombre d'enjeux cruciaux et de problèmes locaux ou mondiaux qui réclament notre attention on nous informe du dernier divorce de la dernière starlette à la mode dont nous n'avons que faire, ou des résultats du tiercé... quand on ne cherche pas plus simplement à nous faire peur afin de nous mettre dans les conditions nécessaires pour nous faire avaler des mesures sécuritaires et liberticides.  (fichiers informatisés, caméras, contrôles d'identité, renvois abusifs « d'illégaux » dans leurs soi-disant pays, présence policière accrue, etc)

Par ailleurs, pendant que nous sommes devant la télévision... nous ne sommes pas ailleurs, jolie lapalissade qu'il n'est pas si inutile que ça de rappeler. Les moyennes pour la France sont hallucinantes : 3h30 par jour et par personne je crois... Sachant que nous sommes un certain nombre à ne pas la regarder, ça veut dire qu'il y a un paquet de gens qui passent un paquet de temps devant. Pendant ce temps, leurs corps et leurs esprits ramollissent... L'homme, rappelons-le, est un animal de la branche des mammifères, conçu à l'origine pour vivre en extérieur et en mouvement...Ce temps passé devant un écran (et c'est pareil pour moi et mon ordinateur) court-circuite les relations humaines, tout simplement parce qu'il n'est pas consacré non plus à nos proches et moins proches... Et un certain nombre d'activités plus nourrissantes passent à la trappe. La télé, n'est pas, ne peut pas être nourrissante. C'est un objet mort, qui ne réchauffe pas le coeur comme une bonne conversation, un repas entre amis...un tour au jardin, ou de la méditation...

On me dit que cela détend... Je demande à voir. Moi, après avoir regardé la télé, je ne suis pas détendue, je suis vidée. Quant à mon fils, qui ne la regarde pas mais voit parfois des films sur l'ordinateur, il est surexcité. Alors oui, ça vide la tête, ça permet de penser à autre chose... mais ça ne transforme pas ce qui bloque, ce qui fatigue, ce qui pose problème. Une fois la télé éteinte, tout est encore là, peut-être même de façon plus paroxystique. Jardiner, marcher, chanter, faire le ménage même parfois, peuvent aider à se vider la tête de façon plus efficace sans empêcher notre alchimie interne de métaboliser nos tourments, notre fatigue. Je n'arrive pas à comprendre comment se transformer en légume deux heures d'affiliée (au minimum, le temps d'un film, plus pub, plus...) peut nous permettre d'aller mieux, nous permettre de reprendre confiance dans la vie, dans nos capacités... Au contraire, cela nous entretient dans notre rôle de consommateur passif. Les expériences sont vécues par d'autres et nous y assistons...

Quant aux reportages, si « instructifs », je ne nie pas qu'il y en ait d'excellent... Seulement, je trouve qu'en général on va beaucoup plus loin dans la réflexion en perdant beaucoup moins de temps, en lisant un bon livre ou un article de journal correctement écrit et documenté. En plus, j'ai souvent le sentiment que la musique, le montage etc, peuvent plus facilement manipuler mes sentiments que du texte brut. (ce en quoi je me trompe peut-être). Or, j'ai horreur de me sentir manipulée !

Vraiment, la télévision me semble au final un objet abrutissant, avilissant, presque et l'outil de manipulation suprême de notre société. Il me semble que le premier acte de rebellion, à accomplir contre cette société de consommation soit de commencer par jeter sa télé (ou la mettre dans un placard ou au grenier si c'est vraiment trop difficile) et de voir ce qui se passe... en nous, pour nous, pour nos proches etc.

On peut alors redécouvrir les soirées en famille ou en tête à tête avec un bon bouquin, on peut retrouver l'usage de son cerveau, il est plus facile de prendre de la distance et donc d'aiguiser son esprit critique loin de cette machine à décérébrer... on y gagne sur tous les plans.