En ces temps légèrement troublés (vous voulez un dessin ? plusieurs dessins ?) on en vient souvent à baisser les bras : il y aurait tellement à faire, tellement de combats, petits ou grands, à mener qu'on ne sait plus bien par quoi commencer, dans quoi s'impliquer réellement, ce qui servirait à quelque chose...
En ce moment, je me bats au côté des parents d'élèves de mon école pour l'ouverture d'une 7e classe qui permettrait entre autre l'accueil des petits de deux ans, je tente de faire signer une pétition pour les abeilles (je n'avance pas fort de ce côté-là) j'essaie de rester engagée dans la lutte contre la base élèves... etc. Mais honnêtement, il arrive que mon énergie se dilue bien au delà de l'efficace, que je fatigue et me décourage... et surtout, tous les jours, je trouve que ça ne suffit pas qu'il faudrait faire bien plus, être sur tous les fronts à la fois...
Bien sûr, c'est impossible.

Dans ces moments-là, je me rappelle que je ne suis pas la seule à lutter. Que les médias dominants sont devenus champions de la désinformation (il serait peut-être plus juste de parler de non-information) qu'ils relayent toujours les mauvaises nouvelles et jamais les bonnes. Que si on voit le monde par leurs yeux c'est une effrayante catastrophe, les gens sont méchants, le monde est dangereux, la vie mortelle... Alors que si l'on regarde autour de soi, il y a aussi plein de trucs chouettes, des milliers de gens formidables, des relations harmonieuses et sereines, de couple, de voisinage, etc et que si la vie reste mortelle, c'est pour nous aider à en profiter à chaque instant.
Et surtout que quoi qu'il arrive, autant en profiter car s'assombrir, déprimer, désespérer ne feront jamais avancer les choses. Certains pensent que toutes nos pensées font comme un nuage au dessus de nos têtes et que nous percevons toutes ces pensées ambiantes inconsciemment et en sommes influencés.
Il est donc très important de rester positifs, de rester dans l'idée de ne pas se laisser abattre et d'y croire jusqu'au bout.
Allez, aujourd'hui, souriez... et soyez fiers de faire ce que vous faites, mais si vous faites trop peu à vos yeux... Il faut commencer quelque part, puis continuer, chacun à sa mesure.
Bon courage

(Désolée, c'est un peu en vrac, je n'ai pas trop le temps d'améliorer cet article, c'est la rentrée et j'ai repris le travail!!!)