Je ne souhaite pas aujourd'hui expliquer pourquoi je souhaite descolariser mes enfants car j'avais déjà évoqué les raisons et les freins dans deux articles (certes un peu vieux mais toujours d'actualité). De toute façon, comme je l'ai déjà annoncé, j'écrirais bientôt un article sur le système de l'Education Nationale que j'explore de l'intérieur depuis 6 mois.

Aujourd'hui, je voudrais simplement expliquer pourquoi je trouve que la descolarisation participe de la Simplicité Volontaire. En quoi est-ce simple de descolariser ses enfants? Beaucoup d'entre vous s'imaginent sûrement, qu'au contraire, c'est drôlement compliqué : faire la classe, se remettre à niveau, être sûr de proposer les bons outils et de faire acquérir les apprentissages demandés par les programmes, s'organiser physiquement, matériellement et financièrement, avoir toujours ses enfants avec soi, ne jamais faire la part des choses entre la vie de famille et la vie scolaire, abandonner son propre métier, tout cela paraît bien compliqué. Je pense que la rubrique « Descolarisation » qui verra le jour dès le mois de juillet permettra de revenir sur la question.

Une amie me demandait récemment de faire une mini-conférence sur la simplicité volontaire, je lui expliquais combien c'était difficile car la SV n'est pas un dogme dont on peut éditer les grands principes et catégoriser les façons de procéder. Certes, s'il existe une philosophie globale, il y a pourtant autant de formes de simplicite volontaire qu'il y a de personnes qui l'appliquent! C'est pourquoi mettre ses enfants à l'école pourra être, pour certains, très simple quand ce sera si compliqué pour d'autres. Et chacun pourra, en toute légitimité, se réclamer de la Simplicite Volontaire.

Pour moi, descolariser mes enfants me facilitera la vie car :

  • je n'aurai plus besoin de me lever à l'aube, j'ai toujours eu besoin de 10 heures de sommeil et me lever avant 8h00 est un supplice

  • je n'aurai plus besoin de LES lever à l'aube, ma fille se lève naturellement à 8h45

  • nous ne serons plus stressés le matin car bien sûr, comme nous ne parvenons pas à nous lever, nous sommes en retard tous les matins et nous avalons notre petit-déjeuner en enfilant nos chaussettes

  • ma fille qui déteste les vêtements (je la fais rire en lui disant que plus tard elle vivra sûrement toute nue sur une île!) ne sera plus obligée de s'habiller tous les jours et pourra rester en pyjama

  • mon fils qui déteste les chaussures (c'est de famille) pourra enfin rester pieds nus sans qu'on lui fasse de remarques

  • j'aurai moins de vêtements à laver : même si je ne suis pas hyper maniaque, j'hésite toujours à envoyer mes enfants à l'école avec des vêtements tâchés. A la maison, plus de scrupules!

  • J'aurai sûrement moins de vêtements à acheter! Je pense que le regard des autres parents/enfants a quand même une influence sur mes achats.

  • Je n'achèterai plus les fournitures scolaires en 15 exemplaires car les enfants utiliseront les fournitures de la maison, rangées dans un placard donc ayant peu de chances d'être égarées dans la classe ou dans la trousse du copain à qui on les a prêtées

  • on pourra enfin vivre avec les saisons et avec le calendrier énergétique plutôt qu'avec le calendrier scolaire! Vive les grosses siestes en hiver quand le corps a besoin de se ressourcer et les journées de 9 heures d'activités en été quand on est plein d'énergie!(à ce sujet, le calendrier scolaire tourne complètement à l'envers!)

  • nous ne subirons plus cette &*!!}??* »# de changement d'heure en été et en hiver!!!

  • De la même façon on pourra se coucher à 19 heures en hiver et à 22 heures en été pour respecter notre horloge biologique!

  • Il n'y aura plus de leçons à faire au moment de la journée où l'on est le plus fatigué et où on doit préparer le repas!

Bref, pour moi, descolariser est synonyme de stress en moins et de plus de respect de notre corps, de notre esprit et du rythme de la vie. Mes enfants ont toujours aimé les vacances scolaires, pas parce qu'ils « travaillaient » moins (au contraire, nous faisons plein d'activités) mais parce que nous vivons à notre rythme, sans stress et selon nos envies.

Il ne faut pas croire qu'un enfant descolarisé deviendra un fainéant et que c'est seulement par la soumission à un rythme draconien et imposé qu'on devient courageux et volontaire. Je crois surtout que, à cause de ce calendrier purement administratif et organisé selon les périodes touristiques et la consommation de masse, nous destructurons complètement nos perceptions et nos sensations, nous ne savons plus nous fier à notre corps quand celui-ci nous demande de nous reposer ou de nous mettre au travail. C'est ainsi que surviennent les maladies, les dépressions, les petits maux du quotidien. Ecouter les rythmes de la nature est une question de santé publique!

Lorsqu'on regarde comment vivaient nos arrière-grands parents, on constate qu'ils travaillaient beaucoup au printemps et l'été (au lieu de partir en camping!) parce qu'il fallait récolter, travailler la terre, mettre en conserves, couper le bois pour l'hiver... Par contre, en hiver, ils dormaient davantage, restaient plus dans leur maison (au lieur d'aller travailler)

Descolariser pour moi, c'est enfin arrêter de vivre à l'envers!