Pour être heureuse, me sentir bien dans ma peau, j’ai besoin, entre autre, de faire fonctionner ma tête et mon corps. Dans ma vie quotidienne, les deux sont notoirement sous-utilisés.
Parfois, je me demande à quoi ça me sert d’avoir un cerveau et des jambes. (Les bras, je sais, c’est pour porter les enfants et éplucher les légumes ).

D’écrire ce blog me permet d’utiliser certaines fonctions de mon cerveau. Je cherche des idées, j’essaie de les écrire le mieux possible et de surveiller mon orthographe. Seulement voilà, un cerveau, ça pourrait servir à plein d’autres choses. A résoudre des problèmes ( de maths, mais pas que…) à créer, à apprendre (des poèmes, des langues, des recettes de cuisine…) etc. La seule fonction de mon cerveau que j’utilise à plein est la fonction relationnelle : je suis toute la journée avec mes enfants - ceux qui vivent la même expérience savent l’imagination, la patience, la disponibilité intellectuelle que cela suppose ; et de part mes activités associatives je vois beaucoup de monde. Cela ne me suffit pas. J’ai besoin, vraiment besoin, de me sentir réfléchir, ça m’aide à me sentir intelligente. Seulement, comme je suis exigeante, j’ai aussi envie que ça serve à quelque chose. Il y a quelques temps j’avais entrepris de m’attaquer à des sudoku, vous savez ces petites grilles logiques à remplir. C’était pas mal… mais ça ne menait nulle part. (Je sais, je pourrais faire plus de choses comme ça, juste pour rien… mais j’ai du mal.)

Quant au corps… j’ai fait énormément de sport « dans mon jeune temps »… Là, moins. Mais je viens juste de me rendre compte à quel point ça me manquait. Je marche pas mal, je fais du jardin… et ce n’est pas assez. J’ai fait du Taï Chi jusqu’à la semaine précédant l’accouchement et si je n’ai pas repris plus tôt, c’est que les cours ont lieu le soir et que le soir ma choupinette de fille ne veut pas qu’on la pose. Pas facile de faire un enchaînement à deux même avec un porte-bébé…

Tout ça pour dire que j’ai envie de vivre à plein, de me servir et de jouir de toutes les potentialités de mon corps et de ma tête et que bigre bigre, ce n’est pas facile.

Depuis l’enfance on nous met en sous-régime, à nous contraindre dans des cases et des cubes, à nous asseoir derrière des tables toute la journée, à nous apprendre à sous-utiliser notre cerveau… ou plutôt, à n’en utiliser qu’une infime partie…

Les enfants ont besoin de courir et de bouger, de crier et de rêver, de faire du vélo et de sortir sous la pluie. Ils ont besoin de s’attaquer à de vrais problèmes qui vont les contraindre à réfléchir vraiment, à chercher des solutions… Ils ont besoin de communiquer avec leurs pairs et pas uniquement lors des 30 minutes de récréations réglementaires, ils ont besoin de s’exprimer par tous les moyens possibles et imaginables, danse, musique, théâtre, peinture…

Et nous aussi, nous avons besoin de ça…