Bien qu'il n'y ait pas de magasin Body shop dans ma ville, je connaissais cette marque réputée pour ne pas tester ses produits cosmétiques sur les animaux, pour utiliser souvent des ingrédients bio ou naturels et pour limiter les contenants, favoriser les éco-recharges...

Je me souviens de la nouveauté que représentait une telle façon de penser dans les années 1990 quand une de leurs boutiques s'était ouverte dans ma ville natale. J'étais ado, cela correspondait tout à fait à mon trip "nature et humanisme".

C'est donc avec un certain dégoût que j'ai appris aujourd'hui que cette marque de cosmétiques a été rachetée par le groupe l'Oréal, dont on connaît non seulement la puissance financière mais aussi la déontologie douteuse.

J'ai dû mal à comprendre qu'une entreprise ayant des vertus et des principes puisse se vendre (devrais-je dire se prostituer?) à une machine à fric telle que l'Oréal.

Ainsi, sachez que dès que vous achèterez un rouge à lèvres naturel (sans graisse de baleine) chez Body shop, pensant être attentive à l'environnement, vous donnerez en fait votre argent à une industrie qui teste votre prochaine crème anti-rides sur les yeux des lapins, les rendant bien souvent totalement aveugles.

Bien sûr, c'est toujours mieux que d'acheter un truc complètement destructeur pour l'environnement. Mais je comprends maintenant le discours des écolos qui m'expliquent qu'on ne peut pas se dire alter-mondialiste et partisan du bio, lorsqu'on fait ses courses à l'hypermarché (même si on y achète des produits équitables ou bios) Parce que ce qui importe n'est pas ce que l'on achète mais plutôt la personne/l'entreprise à qui l'on achète et dont on cautionne les actions en lui apportant notre contribution financière.

Pour finir, l'Oréal s'est engagé à respecter les principes de Body Shop puisque, paraît-il, "l'éthique est un nouveau créneau marketing"

Je ne voyais pas la chose sous cet angle...