Bébé arrive.
Et la fièvre acheteuse s’empare de nous !
Et de dresser la liste de tout ce qu’il va falloir acheter.
Et les gens de vous conseiller tel ou tel truc indispensable à la survie de la futur entité « famille ». En toute bonne conscience… Bon, souvent, quand même, c’est un domaine où il y a pas mal d’entraide et où on peut ne pas avoir besoin d’acheter grand-chose… mais si l’on en croit les as du marketing, voici une liste non exhaustive de ce qu’il « faut posséder ».

Voyons, voyons… 6 biberons (je crois ?), un stérilisateur, un lit, un lit pliant, une table à langer, un tapis à langer, une baignoire en plastique, un cosy, un transat, un siège auto, un landau, une poussette, des bodys, encore des bodys, des pyjamas, des manteaux, (non je vous épargne la liste complète des habits) donc des habits et encore d’autres habits. Des jeux d’éveil, des doudous et des mobiles musicaux pour s’endormir, une turbulette pour qu’ils n’aient pas froid mais ne s’étouffent pas, des hochets pour s’amuser, des petits chaussons pour être classe, des sucettes pour ne pas qu’ils pleurent et un babyphone pour entendre s’ils pleurent quand même... Plus tard, il leur faut des couverts mous et des assiettes spéciales. Lors du bain, on les met sur un repose bébé en plastique. Hors du bain, on a besoin d’un parc et d’un trotteur. Et aussi 1500€ de couches jetables si on a de la chance et que l’enfant est propre à deux ans. Sans oublier les laits, lingettes, coton et autres dont on ne saurait se passer. Et un sac spécial pour tout mettre.
Et quoi d’autre ? Oh, j’en oublie sûrement, mais vous imaginez bien le tableau.

Bon, maintenant, imaginez-vous qu’il y a des gens qui n’ont rien de tout ça. Certains par obligation, d’autre par choix.
Le maternage est aussi un mode de vie… et il me semble plus respectueux de l’enfant et de ses besoins.

Pourquoi acheter un landau une fortune quand un bébé porté contre sa mère est si bien ? Loin des pots d’échappement, au chaud, bercé comme la nature a prévu qu’il soit… Une bonne écharpe de portage ou un bon porte-bébé coûte bien moins cher qu’une poussette et encombre beaucoup moins. Du fait que le bébé porté participe à la vie de la famille en étant à la bonne hauteur tout le temps, on peut aussi réduire énormément les besoins de jeux d’éveil : il est éveillé, pas de souci. Comme il est peu posé, on se passe alors très bien d’un cosy, d'un transat et d’un tapis de jeux…
Pas besoin de berceau, ni de lit pliant si le bébé, comme dans la majorité des pays du monde, dort avec ses parents. Cela règle aussi d’office le problème de la turbulette, du mobile musical (un bébé contre sa mère a nettement moins de mal à s’endormir !) du babyphone et du doudou, la maman faisant office de doudou ! L’allaitement étant quand même ce qu’il y a de mieux pour les bébés, (à la base, cela a un peu été conçu comme ça, quoi qu’en disent Nestlé et les autres), on peut donc se passer et des biberons et des stérilisateurs et des sucettes… le besoin de succion étant comblé par les tétées (à la demande, bien sûr). Quand l’enfant est plus grand un seul biberon suffit.

C’est un tel bonheur de materner son enfant que quand vient l’heure où éventuellement on pourrait avoir besoin d’un parc, on se rend compte qu’on a pris l’habitude d’être avec lui et on se rend compte que la surveillance fait partie de l’éducation. Du coup, le besoin de parc diminue… Des copines plus expérimentées affirment tout de même qu’il peut se révéler précieux par moments, surtout quand le nombre d’enfants n’autorise pas une surveillance constante… Je trouve tout de même que c’est un objet bien encombrant et ne nous voilons pas la face, c’est… une prison. Quant au trotteur... le marmot marchera quand il sera en âge de le faire et en attendant, à quatre pattes il s’en sort très bien, non ?


Pour ce qui est des jouets, demandez autour de vous : combien d’enfants, à Noël, ont-ils passé plus de temps à jouer avec les emballages de leurs cadeaux qu’avec les cadeaux eux-mêmes ? Je ne dis pas qu’il ne faut pas de jouets du tout, ne tombons pas dans l’extrémisme… mais là encore, comme les habits, moins est souvent synonyme de mieux…

Alors, de quoi a-t-on vraiment besoin ?
- D’habits (quelques uns) : Vu nos les températures sous nos latitudes, il faut habiller les enfants. Mais souvent, bien que la commode déborde, on met toujours les mêmes petites tenues… celles qui réussissent l’exploit d’être à la fois fonctionnelles jolies et solides.. (si, il y en a !) Du coup, il en faut, mais bien moins que ce qu’on imagine. On doit pouvoir tourner avec 4 tenues dès que le bébé ne régurgite plus trop.
- La plupart des gens possédant une voiture, il est inenvisageable de se passer du siège auto.
- La baignoire (en plastique malheureusement) permet d’éviter de se casser le dos dans la grande baignoire tout en consommant moins d’eau … sachant que l’évier est une autre possibilité bien qu’il soit tout de même très froid et très dur. A défaut, une bonne caisse fait tout aussi bien l’affaire. Par contre, exit le repose bébé : c’est du pur plastique et ça ne vaudra jamais des bras humains !
- Et puis pour l’épineux problème des couches, deux solutions alternatives : les couches lavables qui vous reviendront à peu près à 300 ou 400 € pour le premier enfant (et presque rien pour les suivants) ou… pas de couches ! (Nous reparlerons de ça ultérieurement c’est promis.) On remplace très bien les lingettes très chères et très polluantes (et parfois allergisantes !) par un bon gant de toilette, ou à défaut, en déplacement par exemple, des mouchoirs en papier tous simples (ça ne peluche pas comme le coton).
- Enfin, l’absolument indispensable : un porte bébé… Permet de continuer à vivre tout en ayant son petit bout au chaud contre soi, permet de ne pas avoir à tendre l’oreille pour savoir s’il pleure, permet de ne pas attendre qu’il pleure pour savoir qu’il a faim… etc.
Finalement… pas besoin de tant d’objets que ça !
Evidemment, on peut être tenté quand même. Tous ces merveilleux machins colorés, bariolés, pullulant de lapins et d’oursons, ça fait toujours rêver… Alors un dernier truc pour vous aider à résister à la fièvre acheteuse :
- pendant combien de temps aurez-vous besoin du-dit objet ?
- combien de temps encore résistera-t-il après que vous n’en aurez plus besoin et même après votre mort ? La grande majorité du matériel de puériculture est fabriquée en plastique… oui, ça fera certainement un beau souvenir pour vos enfants, vos petits-enfants vos arrière-petits-enfants et même au-delà, toutes ces cochonneries non biodégradables…

Bon, évidemment, il faut bien se dire aussi, que la « simplicité » ça ne tombe pas du ciel. J’ai utilisé pour mon premier un tas de truc dont je me passe fort bien pour le deuxième. Parce que tous ces objets, ça rassure. Mais au bout du compte, c’est beaucoup moins pratique que ça en a l’air.

Alors courage et faites simple ! Vos enfants ont plus besoin de vous que de n’importe quoi d’autre !