Ce qui est le plus dur pour moi dans la simplicité volontaire, c'est de me passer du superflu. Ou plutôt de ne pas ACHETER toujours et encore.

Eliminer les vieux trucs, donner, vendre, jeter l'inutile ou l'encombrant, ça je sais faire. Me regarder droit dans les placards et m'avouer que je me suis trompée en achetant ce truc "indispensable" dont je ne me sers jamais, ça aussi j'y arrive.

Je sais jeter et repartir sur de nouvelles bases. Mais j'ai beaucoup de mal à faire la différence entre les bonnes et les mauvaises bases, justement.

J'ai longtemps été une acheteuse compulsive, mes deux péchés mignons étaient les fringues et les livres, vous savez :

- le vêtement que l'on s'achète pour se rassurer sur sa capacité à séduire

- le bruit ennivrant de la carte bleue à la caisse

- l'achat de masse genre 10 fringues d'un seul coup pour se faire appeler "Madame" dans la boutique et faire mousser les autres clientes

- le livre de tricot, de broderie, de décoration qu'on achète, pleine de bonnes intentions, avec tout le matériel nécessaire pour redécorer la totalité de la maison ou habiller toute la famille pour l'hiver (il est rare bien sûr qu'on réalise ne serait-ce qu'une création de ce livre car c'est souvent l'achat lui-même qui nous procure la sensation d''avoir des doigts de fée)

- le livre de psycho au moindre souci dans notre couple ou avec nos enfants (en général on lit un paragraphe, un chapitre et on ne finit pas le bouquin)

- les soins en institut pour se remonter le moral ou se "ressourcer"

Oui, tout ça c'était mon quotidien. Aujourd'hui je refuse d'être la marionnette d'un service marketing, je refuse d'acheter à outrance, de surconsommer et de participer ainsi à la mort de la planète et de ses habitants.

"Vivre simplement pour que d'autres puissent simplement vivre" disait Gandhi.

Cette phrase m'a beaucoup marquée et résonne en moi chaque fois que la fièvre acheteuse me prend. Comme j'ai surconsommé pendant de nombreuses années, j'ai besoin de garde-fous. Ils m'aident à faire la différence entre les achats "coups de coeur" et les achats "longue durée", entre les achats "chocolat" et les achats "plaisir". KEZAKO?

Les achats que je nomme "coups de coeur" sont tout le provisoire acheté à la va vite parce qu'on ne supporte pas d'attendre un peu pour avoir mieux.

Les achats "chocolats" sont ceux qui, comme le sucre, calment une envie inopinée mais n'ont rien à voir avec du plaisir longue durée. C'est une sorte de drogue qui calme la fièvre acheteuse temporairement. Dès que l'objet se vide de son attrait lié à la nouveauté, il devient encombrant et la fièvre ressurgit.

Mes garde-fous sont donc :

- une liste des 30 jours (selon une idée adaptée d'Elaine Saint James dans le livre VIVRE SIMPLEMENT) : elle consiste à consigner toutes les envies sur un papier, d'inscrire son prix et aussi le nombre d'heures de travail que ça représente à votre salaire horaire (calculez le en fonction de votre APE ou de vos allocs si vous êtes au foyer) Je peux vous garantir que lorsque vous voyez que cette jolie petite paire de chaussures à 30 euros représentent une après-midi de travail payée au SMIC, vosu réfléchissez à 2 fosi avant de l'acheter! Si au bout de 30 jours, vous considérez que votre envie est durable et que l'objet vaut cette part de salaire, vosu pouvez vous l'acheter. Mais il y a fort à parier que l'envie sera déjà passée.

- un moratoire sur les achats pendant un mois. Cela consiste à ne rien acheter d'autre que l'alimentaire et ce qui sert à faire tourner la maison (lessive, gel douche...) Comme c'est un exercice que j'ai essayé de faire 10 000 fois pour combler mon découvert, sans jamais y parvenir, j'ai décidé cette fois-ci de noter ABSOLUMENT TOUT les trucs qui me font envie et pour lesquels d'ordinaire j'aurai probablement craqué. Au fur et à mesure que la liste s'allonge, je calcule l'argent que j'économise en n'achetant pas ces produits. C'est très encourageant et ça m'incite à pousser le moratoire toujours une semaine de plus!!!

- je regarde le télé achat. Oui je sais, c'est complètement crétin. Mais quand j'ai une poussée de fièvre acheteuse, je me branche une demie-heure sur le télé achat. De voir tous ces magnifiques objets révolutionnaires, ça me donne l'impression de les avoir et je me sens toute revigorée. Sauf qu'une fois la télé éteinte, je n'ai pas à ranger ces fabuleuses découvertes dans mes placards et je n'ai pas à les dépoussiérer!!! Total bénéfice!!!